L'affiche de la pièce

Mise en scène:
Yves Borrini

Le Théâtre du Flamboyant
Le Bruit des Hommes
en partenariat avec
L'Atrium Scène Nationale
de Fort de France

avec:
Ina Boulanjé
Distribution en cours
Musique :
Jeff Baillard
Lumières :
Dominique Guesdon
Marionnettes :
Stéphane Bault

Zindziwa et la légende du vieux monde de Lucette Salibur

Le Spectacle

Une croisée de chemins « là où tous les sortilèges opèrent ».
Un gamin de 13 ans. (le Petit Robert donne comme piste les synonymes garnement- polisson- espiègle- gosse- fils de ? adolescent et les antonymes adulte- sérieux)
Il a laissé dans la matrice mère son jumeau : « il a fallu qu'on me fasse sortir ».
« Et ça recommence. Ca peut m'entraîner de nouveau, une poussée en avant »
Et Zindziwa arrive
De nulle part et de partout
De la nécessité de dire
Pas cheché sav ki moun mwen yé
Zindziwa, ainsi nommée depuis le premier matin du monde.
Toutes les femmes se nomment Zindziwa
Zindziwa marchande de
« sucre à coco
tablette coco
gâteau patate
gâteau coco
amour caché »
Sorcière- accoucheuse- initiatrice- soeur- femme-mère.

Pour Gamin, c'est le temps de la deuxième naissance, de l'entrée dans le monde.
La première route qu'empreinte Gamin est encombrée : un motard, un chauffard, un fuyard.
Gamin explore d'autres routes : il rencontre l'histoire avec un grand H- à qui il arrache un chapitre qui s'incarne en bégayant l'histoire de la Martinique- le choeur des arbres, Flop qui règne sur cette forêt, un paysan, un chien aux multiples têtes qui défend l'entrée du royaume de Belle sans conscience et finalement son jumeau avec lequel il fusionne.
Le morne est ainsi enjambé sur lequel se dresse une aube nouvelle.
Les épreuves franchies, les énigmes résolues, Gamin grandi : « la poche des eaux est rompue ».
« Zindziwa ou la légende du vieux monde » est à la fois récit de naissance, éducation sentimentale et prétexte à jouer, jouer à se faire peur, à se métamorphoser, à se déguiser, à se perdre, à mourir, à renaître.

C'est une légende de Martinique imaginée par Lucette Salibur.
C'est une invitation.
C'est une rencontre entre le Théâtre du Flamboyant et Le Bruit des Hommes : de nouveaux liens, d'autres solidarités.

Extraits de texte

" Le dernier matin du monde
Le colibri dit à la fleur
Laisse-moi, une dernière fois, butiner ton coeur
La fleur dit à l'oiseau
Laisse-moi, une dernière fois entendre ton chant
La pluie dit à la terre
Laisse-moi, une dernière fois, me répandre sur ton ventre
La terre dit à la pluie
Laisse-moi, une dernière fois éclore mes enfants
Le soleil dit à l'homme
Laisse-moi une dernière fois, tenter d'ouvrir ton coeur
L'homme dit au soleil
Laisse-moi, pour la première fois, te demander pardon.
Et parce que l'homme, au dernier matin du monde, avait fait sa demande en pardon, le vieux monde avait été répudié . Une aube nouvelle se dressait sur l'autre versant de la montagne ? "


Conception : titOm / Graphisme : Olivier Leycuras
logo de la compagnie du Bruit des hommes
Résidence le Colbert Entrée A 4 avenue Colbert 83000 Toulon
Tél : 06 11 08 67 82 - 04 94 72 79 67 - Siret : 347 554 578 00059